disable right click

MENU

POEMS

SI NOUS ECOUTONS

Si nous écoutons
En nous memes
Les rythmes
Qui nous entourent
Nous sentons Ies vertiges
Des mouvements continuels
Les trépidations des cieux
Le bourdonnement
De la lurniére
L’univers en une
Mouvante perpétuité
Filant autour de lui
Et des autres...
Si nous écoutons
En nous méme
Nous entenclons
Les immensités
Se précipiter
Dans une exaltée sarabande
Nous sommes 3 l‘autre bout
De Ia perspective inversee
Mais notre psyché inénarrable
Marbrée d’émotions
Et pensées
Irradie
Les transitives situations
Dans Ies vertiges
Des dynamiques inescomptables
Et dans notre floraison
Secrete
Nous sommes ...




RICERCARE

On voudrait tant défendre
La tranquillité
Dans le corymbe des rêves
Mais le sang qui éclabousse
Les mondes
Badigeonne les aubes
Et les crépuscules
Avec un autre rouge
Mais la visqueuse douceur des rages
Colle les déchirures
Aux yeux des peines
Mais les souvenirs impossibles
Et les visions hétéroclites
Dans lesquelles le sublime
Se natte avec l’abyssal
Mais les sons des images
Oui éclatent les chairs
Et les pendent aux clous
Des mémoires
lnterdisent la trêve
Et pourtant mes frѐres
Les courages qui enfantent les osences
Transcrivent les requiem en psaumes
Et gardent Ies survivances




MIGRATIONS

Les oiseaux
Se sont enfuis
Plus tôt
Et les cieux
En suspension
Sur les plaines froides
Ont été ombrés
Par l'Éxodus
Vibrant de fatigue
Les immersions glacées
Les ont précipités
Dans une migration
Non programmée ...
Les hommes se sont enfuis
Envahissant les places
Du monde
Grouillement
Des virgules
Antropomorphes
Rampant vers l'illusoire
Sauvetage
Les terres en feu
Et les crevantes
Hystéries
Les ont précipités
Dans une migration non programmée ….





L’ETERNEL ICARE

Entre
Pierres et nuages
L'h0mme oscille
Sans répit
Les abysses
Le fascinent
Les hauteurs
Le fuient
II s'élance
Et tombe
Et s’éIance
Encore
Son échec
Est son brome
Sa survivance
Est son or.





L’ESCARGOT

Quand lentement, sournoisement
Se détricote la passion
Que chaque mot, chaque serment
Sont coupables de trahison

On fait le vide autour de soi
On dépoussiѐre, on élimine
Comme un escargot, sous son toit
Dans sa coquille, on s'achemine

On fait le vide autour do soi,
Pour se protéger, on se vrille
Autour de soi, remplie d'effroi
Dans la chaleur do sa coquille.

Comme un escargot dans le vent,
On sort un peu, par habitude,
Et plus du tout l'instinct aidant,
Pour se gorger de solitude

On fait le vide autour de soi,
Pour fuir les « bonnes intentions »
Et ne plus sombrer dans l'émoi
Qui fait perdre la raison

Un jour Ie vide autour de soi,
N'existe plus et la coquille
Devient palais et l'on est roi
Lorsqu‘on a bien fermé la grille.





LE PLUS FRAGILE RÊVE

Le plus fragile rêve
Laisse une trace incrustée
Dans la trame
De notre être
Nous sommes Ea totalité
Des impressions et menaces
Obscures
Nous portons leur écriture
Comme un tatouage
Marquant la peau lisse
De notre conscience
Nous sommes toujours
Le but
De chaque mouvement
Transitoire
Nous sommes
Le récipient
De notre âme
Se croyant cachée
Le cœur
De notre espoir
Bat au rythme de nos esprits
Vulnérables.
Nous essayons
De nous masquer
Mais nous oublions
Que les prunelles
Disent la vérité ...




LA VIE

La vie
Vécue
Comme ҫa
A une âme
Le plus souvent
Ecrasée
Battant
Contre
Les parois
En tôle
Des grisailles
Collantes
Le vol rêvé
Dans
Le commencement
Le vol arrêté
Par la pomme moite
De la haine
Le vol écrasé
Gît
Perdu
Oiseau mort
Sur les plages
Violettes
Des solitudes





DESTIN OU L'ÉTERNEL ICARE

Entre
Pierres at nuages
L'homme oscille
Sans répit
Les abysses
Le fascinent
Les hauteurs
Le fuient
II s'élance
Et tombe
Et s'élance
Encore
Son échec
Est son brome
Sa vision
Est son or ….




IL DOIT ARRIVER

IL DOIT ARRIVER
L'INSTANT DE LA TRANOUILLITÉ
QUAND ON POURRAIT PLIER DOUCEMENT
COMME DES HABITS BIEN RANGÉS
LES TISSUS SUFFOCANTS
DES TRISTESSES
QUAND LA SÉRÉNITÉ ET LA JOIE
VONT PEINDRE LES IMAGES
DANS LES TONS LES PLUS EXALTÉS
IL N’Y A PAS ENCORE
BEAUCOUP DE TEMPS ...




ÉTATS

Ma nuit est une infinie
couverture ultramarine
Tampon entre le profondément ensevelit
Et les autres mondes;
Clôture ...
Repliement
Arrête perception
Solitude et dépendance
Rencontre avec le secret ...
Et la Foi ....
Depuis que nous avons appuyé notre main
Sur l’argile humide
Et que nous avons découvert
Le frémissement de sa transmutation
Dans l’image
Depuis qu'émerveillés
Par notre liberté toute neuve
Nous avons dégravé la pierre
Essorant nos rêves vers les autres
N'attend nos messages
Avec les matiѐres obéissantes
Depuis que nous avons aujourd'hui sur les parois d’altanira
reflѐte le monde
écrivant nos peurs et nos désirs
Avec les couleurs des terres
Et en découvrant la mémoire des mots
Lourds des trandescendantes valeurs
Ténѐbres et luminosités, nous avons rêvé.
Depuis lors nous avons invoqué
Les suintantes haines et les élévations totales,
Les compassions balsaniques
Et les hystéries indéterminées
Nous sommes ceux qui ont feuilleté
Les pages des concepts infinis
Construisant nos sécurités

Et ornant les ustensiles de la destruction
Avec les plus admirables formes
Nous observons les variations des subtilités
Et nous divisions nos pѐlerinages
Entre déchiquetures et amour
Nous sommes toutes les croyances
Et toutes les illusions
Nous sommes la songerie des recommencements
Et la déviation des constantes
Nous contemplons la fin virtuelle
Avec l’émotion de notre humaine duplicité
Et nous ne choisissons pas
Nous contemplons la pauvre fin perpétuelle
Et oublions notre hmnanité.




DUALISME

Nous voulons
être sereins
transparement calmes
Ordonner
nos gestes
vers l’entendement
des autres
et do nous-mêmes...
Nous voulons
nous envelopper
avec les attitudes
logiques
des données
mais
l'objet banal
devient
le modulateur
des peurs
et des rongeantes
conclusions théorétiques
Si souvent réelles
étrennes
laissées
sur nos voies
par les travestis
poursuiteurs
de la haine
Nous transformant
en ombres
localisées par le crime
Et tout de même
nous continuons
vers la lumiѐre
promise...




DERNIÈRE ESPÉRANCE

Mesurant la destinée meurtriѐre
Avec les deuils des générations
Les hommes ont blasphémé les
Données fatidiques
Et enterré les charognes
Dans les grottes des souvenirs
lls ont promis le dessuintage
Des eaux malignes
Ils ont construit les barrages
Des compassions
Et peut-être que
Le miracle du pardon
Divin
Sauvera cette ambivalente espѐce
De son destin auto imposé ...
Mais les intoxicantes
Miasmes des rapacités
Continuent à glisser sur les terres …




DÉCHETS ET PLÉNITUDES

Devamt les mystѐres existentiels
Notre incompréhension
Plie les genoux
Humblement
Mais la lumiѐre
Est là
Transperҫant les brumes
Des hésitations
Reflété par le miroir kaléidoscopique
Des univers parallѐles
Le cristal à l’infinie complexité
Suggѐre le rayonnement élémentaire
Le divin ordinateur
a programmé I’hélice
Tournant Ies polyvalentes énergies
Interdéterminées
Icônes connues et virtuelles
Prophétisent
Le désenchevêtrement
Des lois structurales
Unies dans une illimitée variation
Les composants dialectiques
Pas disturbés dans leurs équilibres
Assureront 1a survivance.

P.S Gardons cette étoile qui tremble
Auteour de son axe de lumiѐre
Disons notre droit d’être ensemble
Sauvons la survie de la  terre.





USINE

CERVELLE
PETITE USINE
TONITRUANTE
MECANIQUE
AUTOPROPULSEE
ARRETE
TON PAS
COMPATISSANTE
HATE
ET OCTROYE NOUS
LA PAUSE
BLESSEE DEPUIS
TOUJOURS
PEUR
ARRETE TOI
OUBLIE TES FIDELES
ET LAISSE
GLISSER
DANS LA PAIX
LEUR TOURMENT





UNIVERS BLEU

Univers bleu
Bleu clair
l’air chaud
au-dessus
des champs
Herbes fossiles
Et celles vivantes
Les pillons de béton
Le bitume des autostrades
Qui s`éteignent
Dans les sables
Tout bleu
Lui aussi
Dans cette bleu étendue
Immobile
Comme un visage
Pas couvert
Tous reçoivent
La canicule
Avec soif
Les bâtiments
Super hauts
Carres
Symétriquement
Conçus
Paranoïaques
Dans leur solitude
Ne sont pas
Plus hauts
Que les broussailles
Sous les voiles
d’air ondulant
et ce mirage
des contrastes
illusoires
dit la humble
prière
de la suprême
confiance
dans la survivance …





TREES AND MEN

And  the  men
Gave  to  the  trees
Their  hopes  and  fears
And  also  their  nearness
And  they  gave  the  trees
Their  neighborhood

Their  passions 
And  their  hate
Bringing  them
Their  presence
And  the  trees 
Began  to  live
The  life of   men
And  to  dye
Their  death
Paying  together
The  debts
Of  the  ones
Which  can  not
Understand…





STRUCTURES

L`AIR EST DUR
RESSEMBLANT
A UNE PIERRE
GRISE
STRIEE
PAR LES VIBRATIONS
S`ENTRECROISANT
STRUCTURES COSMIQUES
DENSEMENT SOLIDES
DANS CE VASTE
INCONNU
LES CONSTRUCTIONS
HUMAINES
ESSAYENT
DE S`ERIGER
EN MONUMENTS
POUR
L` ILLUSOIRE
ENDURANCE
SEULEMENT
LE TRANSITOIRE
EST ETERNEL




SOIR

Il se fait soir
Et l`ombre cobaltine
Se tire
Entre les dunes
Comme des brouillard
Chinois
Noyant les volumes
Dans les flottantes
Humidités
Le soleil
Se donne
Encore
Pour un grain
De temps
Aux collines
Le jour
Se défait
Sans joie
Et sans regrets
Le mélancolique
Serrement
De la tristesse
Durera
Jusqu `a
La première
Etoile



RECHERCHE

LE MONDE S`EST FIGE
EN FORMES PURES
CLOSES
ABSOLUMENT DEFINIES
LA COMPREHENSION
EST PAUVRE
NOUS PORTONS
NOS SILENCES
ET NOS MOTS 
PARTOUT
ET NOUS ESSAYONS
A CHERCHER
LA REPONSE
LA CACHEE
DANS LES SECRETES
MAILLES
DES NOS AMES
POUR ARRIVER
A VIVRE
LIMPIDEMENT
AVEC NOUS MEMES
QUELQUE PART
ENTETEE
S`EST BLOTTIE
L`ETERNELLE
PEUR





POUF BLANC

POUF
BLANC
MOLLET
LE CIEL PORTE
EN LUI
LA BRULURE
MINCES CORDES
DES
MARIONNETTES
D`AU-DELA
DE LA TERRE
LES HERBES FOLLES
SE TENDENT
EN HAUT
LA GLAISE ECORCHEE
DEVOILE SA SOIF
RESSEMBLANT
AUX LEVRES
EXPLOSEES
PAR LA CHALEUR
LA SECONDE
EST FIGEE
OUBLIEE
SEULEMENT L`INQUIÉTUDE
GRIMPE
SUR LES CHAMPS …





PERPETUM  MOBILE

CERVEAU
PETIT DYNAMO
CRAQUENT LE TOUT
ET LE RELIANT
PRODUIT ET CAUSE
DU SUPER RENDEMENT
MALAXANT LES IDEES
COMME UNE MATIERE
BOUILLANTE
EN CONTINUELLE
SPUMOSITE
SANS RELACHE
TONNANTE
PAR LES VOIX BASCULEES
DANS LES MANTES
DES CONCLUSIONS
ET INTERCEPTIONS
SE POUSSANT
INEXORABLEMENT
FABRIQUANT
LES DONNEES
ET LES PULVERISANT
BRUIT SANS SONORITE
IRRADIANT CE QUI
EST




PAGES DE REVERIE

SUR LES MAUVES COUCHES DE SABLE
SI  FINEMENT CARESSANTES
ONT VOIT LUIRE
QUAND LA MER LES QUITTE
DES MIROIRS VERTS
EN FLAMMES
OPAQUES
SOUS LE BAISER
DES SELS RICHES
PHOSPHORESCENTES
UNE BRUME IRISEE
RESPIRE SUR LES VITRES
SI ANCIENNES
CE SONT LES ECLATS
DES MERVEILLEUSES VASES
FOSSILES
EPARPILLES
PAR LES GUERRES
DES VIELLES RAGES
EXPLOSANT
LES SI FRAGILES BEAUTES
SUR LES PLAGES
DES
AVIDITES
CES  ZIRCONS
SONT
LES
TEMOINS
DES MALEFIQUES
PASSIONS
SARABANDES VICIEUSES
ECRASANT
LES SIECLES

  


NOUS RESTONS HUMAINS

DANS LES REVES ET LES EVEILS
AVEC LES PITIES ET LA VORACITE
DANS LES ESPOIRS ET DANS LES CHUTES
NOUS RESTONS HUMAINS
AVEC LE BIEN ET LE MAL
NOUS RESTONS HUMAINS
COMPONENTS SANS DIMENSION
DANS LES VOLS EVOLUTIFS
POUSSIERES FLOTTANTES
DANS LES ENTITES ANONYMES
DANS LE KALEIDOSCOPE INFINI
NOUS RESTONS HUMAINS





LES ONDES

Les ondes des haines
Et pitiés
Se bousculent
Et repoussent
Destinées
Depuis toujours
A ne pas s’arrêter
Rages et patiences
S’entrecroisent
Dans les espaces
Et les temps
Mais ici
Et maintenant
Des oiseaux
S’exaltent

Dans une bouterolle
De brillance
En levant
Des artifices
Humides
Portant leur hymne
A la vie
Vers l’infini
Un minuscule
Luron
Penche sa soif
Sur l’eau
En empiétant
Sur leur jeux
L’histoire
N’existe plus
Seulement
La vie
Poursuit
Sa logistique
Organique






THE HOURS 

The hour is grey

It’s the hour of

the silence, hour of loneliness

of metaphors

It’s the hour of quietness

 

The hour is blue

It’s the hour

of wide horizons

Of the wind

Of the waves

It’s the hour of

the afar …

 

The hour is red

It’s the hour of dawn

The hour of

farewell

Of melancholy

Of love

It’s the hour of

The beginning

 

The hour is golden

It is yellow

It’s the burning

hour

The singing hour

It’s the hour of elation

 

The hour is white

It’s the hour

of the stone

kissed by the sun

The hour of

sand

Of the birds

above the sea

It’s the hour of

Absolute

 

The hour is green

It’s the hour of the

Woods

Of the ancient walls

The hour of hope

It’s the hour

Of shadow

 

The hour is without color

It’s the hour of questions

Of doubts

Of indefinite movements

Which never ends with certitude

It’s the hour of transitions

Of anguish

Of reaching out

Of hope

The hour of struggle

It’s the hour of illusions

It’s the hour of man.






LE MONDE

LE MONDE
S`EST FIGE EN FORMES PURES
CLOSES
ABSOLUMENT
DEFINIES
LA COMPREHENSION
EST PAUVRE
NOUS NOUS PORTONS
NOUS MEMES
LES ETRANGERS
EN NOUS ESSAYANT
DE CHERCHER
LA REPONSE
LA CACHEE
DANS LES ABSCONSES
INTERRELATIOS
PRIANT
A VIVRE
LIMPIDEMENT
QUELQUE PART
BNTETEES
SE SONT BLOTTIES
DEOUIS LE COMMENCEMENT
LA PEUR
ET LA CROYACE
MURMURANT LEURS PSAUMES
A MAINTES VOIX






LE FANATIQUE

IL S` EST ASSIS
PRES
DES GENS
DESIRANT OBLITERER
POUR DES MOMENTS
SI RARES
LA TRAME DENSE
DES TRAGEDIES
IL S`EST ASSIS
PARMI LES BEBES
ET LES MASQUES
DE CARNAVAL
ET PARMI LES
SOURIRES
VOULANT CROIRE
A LA JOIE
ET IL A LAISSE
DES CADAVRES VRAIS






LA VILLE

Villes souvenirs
Villes projets
villes qui ont
les visages
qu’on leurs
a donne
les visages
du futur
qu’on leurs
permette
a se bâtir
Villes caressées
Ou assailles
Ou la dignité
Se tisse
Avec le désespoir
Des fatalités
Villes
Tenant dans leur
Paume objective
Les performants
Des tristesses
Existentielles
Et des explosions
Sans définition
Rivières solides
Portant
Joies
Et désespoirs
Cherchant
Le rapprochement
Ou le laissant
Villes
Amalgame
Des rues
Coulant
Vers
Les étoiles du nord
Des monuments
Qui veulent
Raconter l’histoire
Entrecroisement
Des temps mesures
Au bout desquels
Les significations
Spécifique
Changent le message
Villes
Se tenant ensemble
Par la dialectique
Du nécessaire
Villes des plâtres
S’effritant
Dans toutes les subtilités
Des gris
Villes
Avec un air
Lourdement
Infeste
Par la pollution
Villes
Embaumées
Par les élévations
Villes
Des  pierres  neuves
Villes
Des pierres neuves
Villes
Des pierres neuves
Ou d`une autre ère
Villes
Des
Polymères luisants
Effrontément séduisants illes
Respirant
Dans le
Rythme
Des contradictions
Extremes





LA PEUR

LES TALONS
ANCRES
DUREMENT
DANS LE SOL
ENFUIS
AVEC DESESPOIR
DANS
LA GLAISE
DE L` ACCEPTATION
ON RESISTE
PATHETIQUEMENT
A LA FORCE 
DE L`ABYSSAL
INCONNU
ET L` ABSOLUE
CONFIANCE
DANS LA LOGISTIQUE 
SPIRITUELLE
PIERRE DURE
GRAPHITEE
PAR LES FOIES
DES TEMPS
ESSAYE
DE GARDER
LE SURVOL






LA CREATION

A PROJETE
L`ETRE HUMAIN
COLLE UNE BALANCE
EN EQUILIBRE INSTABLE
ANIMAL LIE AU SOL
DES POUSSIERES
PAR LES ELEMENTAIRES
IMPULSIONS
CELLULES
QUI EN SE DIVISANT DE PLUS EN PLUS
DIFFICILEMENT
S`ETEIGNANT
CONCOIVENT  L`ETERNITE
PENSE JOUANT
AVEC LES POSSIBILITES
DES EQUATIONS
ET PARABOLES
MATIERE CE REJOUISSANT
ET SI SOUVENT
CONNAISSANT LA  DOULEUR
CERVEAU CHERCHANT
LA VERITE
DES SUPREMES CERTITUDES
SAIT QUE ELLES
NE SONT PAS POSSIBLES
OISEAU PHŒNIX
SPLENDIDE METAPHORE
DE LA A PAR L`INTELLECT
MOURANT
CROIRA
CONTINUITÉ
DECOUVERTE REVE





LOEIL

UNE SPHERE
CONTENUE
PAR LES PAUPIERES
ELLIPSE CHANGEAT
DE  FORME
ET PEINANT LES OMBRES
OEIL
BOULE
MANIPULEE
PAR
LES FICELLES
DES MUSCLES
ULTRA- ACCORDES
ŒIL- PLANETE
BATIE
PAR DES COUCHES
LIQUIDES
SUPERPOSEES
EN TRANSLUCIDITES
TRANSPERCEE PAR L`ABISSE
DE LA PUPILLE
QUI TOUCHE
LE CENTRE
DES TRANSFORMATIONS
ŒIL
DIRECT SEXTANT DE
L`AME





L’ESPERANCE

LA DESESPERANCE 
PARAIT
LA PAUME
APPUIE
SUR LA BOUCHE
DES  SIGNAUX
CRIS  MORSES
DES  CONDITIONS
BOUSCULEES
SE COGNANT
DANS LE PERPETUEL
MOUVEMENT
EXISTENTIEL
MAIS LA DESESPERANCE
EST AUSSI
CATHARSIS
QUELQUES FOIES
ENVERS LES INQUIÉTUDES
PAS AVOUEES
FLOTTANT
DANS LE LIMBE
DE NOTRE DEUXIEME ETRE
NOUS SOMMES
TROP APEURES
POUR TROUBLER
LES ARGILES
MOUVANTES
DES  POSSIBILITES
NOUS RELEVONS
NOS REVES
FROISSE
MOUCHOIR BLEU
JETTE
PAR LE DECOURAGEMENT
ET NOUS DISONS
A NOUVEAU
NOTRE PRIERE





JE VEUX OUBLIER

JE VEUX OUBLIER
LES IMAGES
AGRIFFEES
AUX RETINES LES CADAVRES
LAISSES SUR LES PAVES
DES TORTURES
COMME DES LOQUES
GARDANT LA FORME
DE CEUX QUI LES ONT
HABILLES
TOUS LES MATINS
ET TOUS LES SOIRS
JE VEUX OUBLIER
LES RACHITIQUES
DES FAIMS INDECENTES
LE VISAGE DE CET HOMME
FIXANT SA PEUR
AVEC SES PUPILLES ETONNEES
PORTANT SON OREILLE GRIGNOTEE
PAR LES ORGIAQUES
DES MASSACRES
JE VOUDRAIS OUBLIER
LES JEUNES
DEPUIS TOUJOURS
OFFERTS AUX IDOLES
DES TUAGES
JE VOUDRAIS ESSUYER
LES SQUELETTES ENFILES
SUR LES CORDES DES HAINES
HOMMES
MASSACRES
PENDUES EN ETALAGE
SUR LES CLOUS DES MEMOIRES
LES CRANES
DANS
LESQUELS
LES NEGATIFS DES ORBITES
FIXENT LES IMPOSSIBILITÉS
JE VOUDRAIS  OUBLIER
CES PETITS
FRAPPES
PAR LES IGNICOLES DES LUTTES
TRONCS SANS MAINS
ET SANS PIEDS
SOUS LEURS YEUX SIDERES
OUBLIER CETTE MERE
ECLATEE PAR LA BOMBE
TENANT COLLE 
A SA PEAU BOUILLANTE
LE BEBE PARFAITEMENT LISSE
JE VOUDRAIS REPOUSSER
DANS LE PAS ADVENU
LE CRI DE CETTE VIELLE
QUI EN SERRANT SON DESESPOIR 
SUR SES PLAINTES
MONTRE SEULEMENT
LE RUBAN
DES LARMES
LUISANT DOUCEMENT
SUR LA PIERRE
DE SES JOUES
JE VOUDRAIS NE PLUS PENSER
AUX CERVELLES PROJETEES
SUR LES SUR LES MURS
PAR LES EXPLOSIONS MIROITANTES
LES CORPS ACCROCHEES
SUR LES GRILLES DES JARDINS
LES VISCERES
COLLES AUX VITRINES
ILLUMINEES
QUI RACONTENT LES FELICITES
JE NE VEUX PLUS ENTENDRE
LES NOUVELLES
DISANT COMME UNE LITANIE
LE MIRACLE VECU PAR CET GARCON
SURVIVANT ENTRE SES PARENTS
SES DEUX FRERES DECHIQUETES
TRAINANT SON OBSESSION
POUR LA VIE 
JE VOUDRAIS OUBLIER
ET ME RAPPELER
SEULEMENT
LES BEAUTES
ESSUYANT
LA VASQUE
DES FAITS





JE SUIS

JE SUIS
PART
DE
CE
QUI
SURVIVRA
JE SUIS
LA BRANCHE
DE L`ARBRE
UNIVERSEL
JE SUIS
LE GRAIN
CACHE
DANS
LE TOUT
JE SUIS
LA TRISTESSE
QUI SE BLOTTE
DANS
LA CHAUDE
ENVELOPE
DES AMITIES
NOUS RETROUVONS
NOTRE COURAGE
DANS NOTRE
HUMBLE
TEMOIGNAGE





JE REVE

JE REVE A
LA  LIBERTE
DES  OISEAUX
A LA PURETE DES CRISTAUX
A LA SOIE DE LA BRISE
AU SECRET DU CIEL
JE REVE
A LA CHALEUR
ETENDUE
COMME UN TRANSPARENT
VOILE SUR
LE VISAGE DE LA PEUR




IMPOSSIBLE

IMPOSSIBLE
D`ARRETER
LE MOMENT QUI N` EXISTE
PLUS
PENSER
AU TEMPS
DISPARU
DANS
SECRET
DE LA SILENCE





IL Y A DES TEMPS

Il y a des temps
Aux cours de nos moments
Lourds comme une ouate
Mouvante
Vibrante
Quant le silence
Géant poing
Ferme
Sur les immobilités
Sonores
Enveloppe
Le monde
Le noyau
De la terre
Et les plantes
géologique
Et les pierres  
Se tendent
En dehors
Circulairement
Parties du corps
Géologique
Respirant
Profondément
avidement
Dans le rythme
des exactitudes
cosmiques
La si rare
Tranquillité
Se rencontre
Avec la Creation





I AM THE JOY AND THE SOB

I AM THE JOY AND THE SOB
I AM THE STRETCHED OUT HAND
I AM THE WARINESS AND THE OUTBURST
THE DESPAIR AND THE QUIETNESS
THE ANGUISH 
AND THE WISDOM 
I AM THE FLIGHT
AND THE ARRIVAL
THE  FRACTION
AND THE WHOLE
I AM THE PURSUED, THE ATTACKER, THE LOST
AND THE STRONG
THE BOLD
AND THE CRUSHED
THE SERENE AND THE AFRAID
THE FIGHTER AND THE COWARD
I AM THE GENEROUS
AND THE EGOTIST
THE DOUBTER
AND THE BELIEVER
THE SOB
I AM THE STRETCHED OUT HAND
THE WARINESS
THE OUTBURST
THE DESPAIR
THE QUIETNESS
THE ANGUISH
AND THE WISDOM
I AM THE MAN




J`ETAIS DANS LE PAYS DU REVE ET JE VOL AIS COMME LE VENT

EN DONNAT
GRACE POUR LE DON DU TRAVAIL
GRACE POUR LA JOIE DU TRAVAIL
GRACE POUR L` AMOUR QU`ON DONNE
ET RE COIT
GRACE
POUR
LA FELICITE
DE 
VOIR
LA LUMIERE
GRACE POUR LA TENDRESSE
GRACE POUR
LA PAIX DES MOMENTS
POUR LA CARESSE
DES CHOSES DOUCES
CONTRE
NOS FRONTS
GRACE
POUR LES SONS QUI EVOQUENT
GRACE
POUR NOS AMES MYSTERIEUSES
GRACE
POUR
LA COMPRÉHENSION
GRACE POUR LE COURAGE DE NE PAS RENONCER





EVASION

WHEN WE ALLOW OURSELVES
THE  EVASION
FROM THE ABSURD CALL
OF CONVENTIONAL VALORS
AND WE PUSH
THEM AFFAR
LIKE A NET OF SPIDERS
MORTAL 
IN ITS SO DELICATE MAP
OF ENTANGLED
STINGS
A PATTERN
SO PATHETICALY INTELIGENT
IN ITS PERFECT GEOMETRY
WE GIVE US THEN THE GIFT
OF SINCERITY
SO STRANGE
A GIFT OF HOPE
IN TRE UNCIVILISED GEOGRAPHY
OF
RUDIMANMANTAL EXISTENCES





L ETERNEL I CARE

L éternel I care
Entre pierres et nuages
L`homme oscille
Sans répit
Les abysses le fascinent
Les hauteurs le fuient
Il s`élance et tombe
Et s`élance encore
Son échec est son brome
Sa vision est son or





ET JE VEUX

ET JE VEUX PENSER SEULEMENT
AU SERENITES
DES BONTES ET COMPASSIONS
SURVOLANT LA VASQUE
DES FAITS CRUELS
COMME UNE COULEUR COMPLMENTA IRE
AU BITHUM DES AVIDITES
ET JE VOUDRAIS ME SOUVENIR
LES PARFUMS SUAVES
ET LES SONS TRANSCENDANT
ET LES ROSES ET LES BLEUS
ECLOSIONS
DES
ACCEPTENCES




EARTH

And when
We allow
Ourselves
The evasion
From
The absurd
Call
Have conventional
Values
And we push
Them
Afar
Like
A net of spiders
Mortal
In it’s shrewd
Delicacy 
Of entangled
Strings
Then
We begin
To be part
Of our link
To the earth




BRISURES

LES MANQUANTS
DE VISION
TUENT
LA JOIE
ENTRE LES PAROLES
FATIGUEES
ILS TRANSFORMENT
LE SOURIRE
EN GRATUITE
ILS ACCUSENT LES RAPPROCHEMENTS ET COURONNENT
LES INDIFFERENCES AVEC DES FLEURS EN PASTICHE
ILS LAISSENT
PASSER
LES VISAGES
DECOUVERTS
SANS PARTAGER
LES  SOURIRES
ILS ENTENDENT LES SOUPIRES
SANS LEUR OFFRIR
DES COMPENSATION
LES MANQUANT
DES VISION
ETRANGLENT
LES RAMAGES
ET FRAPPENT
SUR LES DOITS
DE L`AMITIE
ILS LIENT LES
REGARDS
AVEC LES BANDES
DES HONTES
DEVANT LES AVEUX
ILS ETOUFFENT
LES RESPIRATIONS
DES LUISANCES
LES MANQUANTS
DE VISION
SONT
LES TUEURS
DES PARTAGES
ILS SONT
LES STANDARDISATEURS
DES VIABILITES




DESIR

JE NE VEUX PLUS
REPOUSSER
LES SERENITES
ET LES JOIES
EN LES CONSIDERANT
PAREILLES
AUX INDECENTES
DEBAUCHES
JE NE VEUX PLUS
CRAINDRE
LA VORACE PIRATERIE
TROUANT LE VOILE
DE SOIE
ENVELOPPANT
LES ESPOIRS
MAIS JE VEUX CROIRE
DANS  NOTRE
MIRACULEUSE
FORCE DE PARTAGER
GARDONS
LA VISION 
DES SUBLIMATIONS
ET ESPERER
FAIRE
NOTRE
LE MESSAGE
``ET ON NE HEURTERA
PLUS
MA SAITE
MONTAGNE `` ..




BOUQUET

 BOUQUET
 CUEILLI
 AU LARGES
 POIGNEES
 LES FAITS
 DE LA VIE
 SE GROUPENT
 DANS UNE
 HETEROCLITE
 UNITE
 PARFUMS
 EPHEMERS
 MAIS
 POUR TOUJOURS
 EMBAUMANT
 LES SUIVANTS
 MOMENTS
 CE SONT
 LES INSTANTS
 DE NOTRE PELERINAGE
 DE NOTRE ARRIVE.



ANONIMUS
C`EST LA SERIE DES ETRES AGRESSES PAR UNE HISTOIRE SOCIALE QUI RONGE L`INDIVIDU, LE PLIANT ET LE MODELANT VERS LES CARACTERISTIQUES TRAITS DES MODULES
COMPOSANT LES MASSES.
MAIS MALGRE LA PRESSION ET LE HARCELANT ENDIGUEMENT, ILS GARDENT LEUR INTOUCHABLE QUALITE D`ETRE UNIQUES DANS L`ENTIER MONDE, NE POUVANT PAS FUIR LEURS TRAITS
DE BASE ET LE DESTIN DE LEUR PROPRE SPECIFIQUE APPARTENANCE A L` ESPECE HUMAINE



CLAY

AND WHEIGT
BUID FROM HEAPS OF PLSTIC MATTER
BUT ABLE TO TAKE THEM ALL
CAPEBLE
CLAY
CLAY
GRAY
IN ALLL THE COLOUS
INFINITISIMAL
OF
OF THE SCULPTOR
OFF
OFF EXPRESSING
PARTICULES
POSSESSING NO SHAPE
RESPONDING
THE BROWN
THE ILUSION OF SPACE
THE TOGHETHERNESS
TO THE HAND
WARM
WHITE




CLAY TRANSLATING

THE
INMOST
FEELINS
OF THE ARTIST
DOCILE
NEVER
LOOSIG
ITS
SILENT ELASTICITY
FEELING SOFT
COOL
UNDER THE FINGERS
AGAINST THE CHEEKS
REMINDING YOU
THE SHADOW
IN THE FOREST

CLAY
THIS MAGIC
TOOL
OF
THE
SPEAKING
HAND
CLAY
SLEEPIG
UNDER 
THE
SKYN
OF
THE
EARTH
WAITING
TO
BE
DISCOVERED

CLAY
WONDERFUL
MEDIU
LIVING
CLAY
THE

TOG HETHERNESS



© Natra Sonia. All Rights Reserved.
The Content and information in this site are protected by copyrights and shall not be copied, downloaded and reproduced. 
sonia.natra.xyz